En Afghanistan, des années 1950 à nos jours, mais aussi à Paris dans les années 1970, en Californie dans les années 2000 et sur une île grecque aujourd’hui. A Shadbagh, un minuscule village agricole, Abdullah, 10 ans, s’occupe de sa petite sœur Pari. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, ce qui leur permet d’oublier la mort de leur mère, les absences de leur père qui cherche désespérément du travail et ces jours où la faim les tenaille encore plus qu’à l’habitude. Un jour, leur père décide de partir pour Kaboul où l’oncle Nabi lui aurait trouvé un emploi et d’emmener Pari avec lui. Abdullah sent qu’il se trame quelque chose. Et de fait, leur père, préférant « couper un doigt pour sauver la main », vend Pari à la riche famille pour laquelle travaille Nabi. Une séparation déchirante qui pèsera sur toute la vie d’Abdullah, même après son exil aux Etats-Unis. La petite Pari oublie et grandit à Paris où sa mère, Nila, trop libre pour la société afghane, s’est enfuie au milieu des années 50. Nabi est resté auprès de Suleiman, le mari de Nila, devenu handicapé suite à un AVC. Des années plus tard, bien après la chute des Talibans, Abdullah n’a pas oublié Pari qui, elle, n’a jamais pu combler une sensation de vide, comme s’il lui manquait quelque chose d’indispensable, dont elle ignorait tout… Nouveau roman de Khaleb Hosseini, ces deux précédents romans : "Les cerfs-volants de Khaboul" et "Mille soleils splendides" vous sont aussi recommandés

En Afghanistan, des années 1950 à nos jours, mais aussi à Paris dans les années 1970, en Californie dans les années 2000 et sur une île grecque aujourd’hui. A Shadbagh, un minuscule village agricole, Abdullah, 10 ans, s’occupe de sa petite sœur Pari. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, ce qui leur permet d’oublier la mort de leur mère, les absences de leur père qui cherche désespérément du travail et ces jours où la faim les tenaille encore plus qu’à l’habitude. Un jour, leur père décide de partir pour Kaboul où l’oncle Nabi lui aurait trouvé un emploi et d’emmener Pari avec lui. Abdullah sent qu’il se trame quelque chose. Et de fait, leur père, préférant « couper un doigt pour sauver la main », vend Pari à la riche famille pour laquelle travaille Nabi. Une séparation déchirante qui pèsera sur toute la vie d’Abdullah, même après son exil aux Etats-Unis. La petite Pari oublie et grandit à Paris où sa mère, Nila, trop libre pour la société afghane, s’est enfuie au milieu des années 50. Nabi est resté auprès de Suleiman, le mari de Nila, devenu handicapé suite à un AVC. Des années plus tard, bien après la chute des Talibans, Abdullah n’a pas oublié Pari qui, elle, n’a jamais pu combler une sensation de vide, comme s’il lui manquait quelque chose d’indispensable, dont elle ignorait tout… Nouveau roman de Khaleb Hosseini, ces deux précédents romans : "Les cerfs-volants de Khaboul" et "Mille soleils splendides" vous sont aussi recommandés

Eva et Miangaly ne sont pas nées avec les mêmes paillettes au fond des yeux. De France jusqu'à Madagascar, de l'enfance à l'âge adulte, elles traverseront les années, les époques, parleront de leur famille, découvriront la musique, les hommes, les icebergs à la grenadine, les zébus et le chocolat. Si Miangaly vit dans l'extrême pauvreté entourée des siens, Eva possède l'essentiel matériel mais manque cruellement d'amour. Tout les sépare et pourtant tout les rapproche : sur le chemin de leur légende personnelle, elles partagent la rage de vivre, le cœur plein de rêves et d'espoir...

Eva et Miangaly ne sont pas nées avec les mêmes paillettes au fond des yeux. De France jusqu'à Madagascar, de l'enfance à l'âge adulte, elles traverseront les années, les époques, parleront de leur famille, découvriront la musique, les hommes, les icebergs à la grenadine, les zébus et le chocolat. Si Miangaly vit dans l'extrême pauvreté entourée des siens, Eva possède l'essentiel matériel mais manque cruellement d'amour. Tout les sépare et pourtant tout les rapproche : sur le chemin de leur légende personnelle, elles partagent la rage de vivre, le cœur plein de rêves et d'espoir...

Peter Levine montre dans cet ouvrage comment retrouver le processus naturel qui nous permet de nous reconstruire après un traumatisme. Il n’y a pas que les mots. Notre corps aussi a besoin de se manifester pour surmonter le trauma et nous aider à revivre normalement. Comme l’EMDR, l’approche de Peter Levine, la Somatic Experiencing©, révolutionne le traitement du traumatisme. Avec clarté et de nombreux exemples ainsi que des exercices, son ouvrage fait découvrir qu’il faut écouter les sensations de notre corps, « réveiller le tigre » pour guérir car : « si vous ne pouvez ni fuir ni combattre, vous gelez votre vie psychique mais si l’on vous aide à agir physiquement ou mentalement, vous pouvez échapper au traumatisme ». Ce livre destiné aux victimes de traumatismes et à leur entourage intéressera également tous ceux qui par leur métier sont en contact avec des personnes traumatisées : médecins, infirmiers, sauveteurs, pompiers, policiers, thérapeutes, éducateurs...

Peter Levine montre dans cet ouvrage comment retrouver le processus naturel qui nous permet de nous reconstruire après un traumatisme. Il n’y a pas que les mots. Notre corps aussi a besoin de se manifester pour surmonter le trauma et nous aider à revivre normalement. Comme l’EMDR, l’approche de Peter Levine, la Somatic Experiencing©, révolutionne le traitement du traumatisme. Avec clarté et de nombreux exemples ainsi que des exercices, son ouvrage fait découvrir qu’il faut écouter les sensations de notre corps, « réveiller le tigre » pour guérir car : « si vous ne pouvez ni fuir ni combattre, vous gelez votre vie psychique mais si l’on vous aide à agir physiquement ou mentalement, vous pouvez échapper au traumatisme ». Ce livre destiné aux victimes de traumatismes et à leur entourage intéressera également tous ceux qui par leur métier sont en contact avec des personnes traumatisées : médecins, infirmiers, sauveteurs, pompiers, policiers, thérapeutes, éducateurs...

La chanteuse évoque dans son livre sa conversion à l'islam. Mélanie Georgiades, c'est son vrai nom, 32 ans, née à Chypre, n'avait pourtant rien à voir avec la religion qu'elle s'est choisie. Elle explique que c'est en observant ses amis et son entourage qu'elle a été séduite, et qu'elle trouve dans les rituels musulmans des repères qu'elle recherchait.

La chanteuse évoque dans son livre sa conversion à l'islam. Mélanie Georgiades, c'est son vrai nom, 32 ans, née à Chypre, n'avait pourtant rien à voir avec la religion qu'elle s'est choisie. Elle explique que c'est en observant ses amis et son entourage qu'elle a été séduite, et qu'elle trouve dans les rituels musulmans des repères qu'elle recherchait.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :